Mon vieux tacot ----janvier 2001

Bièvre : communications et train-tramway.

Après avoir contacté encore plus de personnes sensibilisées par les transports , après avoir pris des renseignements auprès des services qui veulent bien donner quelques bribes de leurs connaissances, et après avoir eu l'occasion de parler avec Monsieur VETTE, élu de longue date , bien placé pour parler de ce problème défendu par lui depuis longtemps, j'ai modifié mes premières impressions, et en attendant la venue de certitudes, continué à analyser...

Mes renseignements anciens,( 30 à 35 ans), prouvent que l'idée de la voie ferrée au travers de la Bièvre est une idée stable. Je suis venu sur le plateau, à Sillans , en 1968, et l'idée du triangle de vie de la Bièvre, villages dortoirs d'aujourd'hui, était à l'ordre du jour , avec de bons moyens de communications desservant les centres de travail et de commerce qui l' entourent. Mon choix de vie a été un peu guidé par ces projets, dont la certitude par les écrits, était "le respect, le maintien de l'axe tracé par la voie ferrée", voie aujourd'hui abîmée mais toujours en place.

Monsieur Vette ayant travaillé pour les déviations de villages qui ont été résolues par l'axe de Bièvre, avait été aidé pour ce qui est de Sillans, par une association active dont j'ai fait parti, et qui après un long silence, semble se remettre à vivre. Le temps ayant couru, nous avons créé en avril 2001, l'association "Sillans-a-venir" dont l'action n'est plus orientée sur les déviations, mais sur le renouveau du train-tramway sur le tracé de la voie ferrée ancienne; Cette association apolitique, veut aussi augmenter les possibilités données aux habitants de Sillans et des villages voisins, de se mieux connaître, ce qui permettrai d'échanger plus facilement les idées les plus diverses. Le tout est un fastidieux labeur ralenti par les méfiances traditionnelles autant que par le manque d'intérêt de travailleurs harassés qui viennent seulement se reposer ici. Pour le moment.

L'action d'un groupe volontaire d'une vingtaine de personnes qui voulaient participer aux élections municipales de 2001, a permis à trois de ses membres de devenir conseillers municipaux : Jacquier-Laforge Louis, Carrier Jean-Pierre, Monnet Christian. Insérés dans la municipalité, ils défendent si possible les points de l'action qui les a amené à cette nouvelle situation, pendant que le reste du petit groupe amical se transformait en l'association "sillans-a-venir" défendant les mêmes buts et l'idée du train-tramway. Notre association étant déclarée par les statuts comme travaillant pour le renouveau du train-tramway de la Bièvre, il est apparu intéressant à Mr Gay, Maire de Sillans de créer une commission supplémentaire confiée au conseiller Jacquier-Laforge, pour travailler sur l'idée du Train-tramway et du Lazer.

Voilà donc réunies des actions qui sans être tout-à-fait semblables , œuvrent pour la même idée de base.

Il est nécessaire de citer l'historique du train, et relater les idées modernes des organismes puissants, régionaux , qui ont le pouvoir de réaliser ou faire disparaître propositions ou rêves... Les réponses à mes lettres envoyées aux sénateurs, aux députés, aux services départementaux et régionaux concernés par les transports, sont souvent restées sans réponse , ou avec réponses sibyllines, à l'exception de celle de Mr.Vette qui prouve ainsi qu'il est le seul à être vraiment intéressé, et on comprend pourquoi: les autres ont souvent des options qui favorisent d'abord des solutions sans avantages pour nos communes, en accroissement commercial et industriel, et sans considération pour les villages et leurs occupants.

L'historique : L'axe nord-sud, du tramway Lyon- Saint-Marcellin par Viriville et Roybon avait été créé en 1897 pour des raisons économiques et sociales. Il a été complété par la ligne de Saint-Jean-de-Bournay au Grand-Lemps par La-Côte-St-André. Avec la voie ferrée actuelle abandonnée, d'ouest en est, c'était un excellent quadrillage.

 Ces voies qui existaient ont été supprimées en 1935 pour des raisons de rentabilité, et les problèmes créés à ce moment n'ont été réglés qu'en 1995. Il est évidant que si l'on doit attendre aussi 60 ans pour remettre en place un système de communication identique mais amélioré, les villages actuellement devenus dortoirs enclavés et isolés auront gagné sur l'esprit d'une région agréable à vocation humaine.

La demande: trouver des solutions pour que la circulation automobile soit diminuée; faciliter les communications, pour les travailleurs se déplaçant matin et soir sur de grandes distances ; améliorer les déplacements des familles de villages à villages pour la vie de tous les jours, écoles, sports, commissions...; augmenter le réseau de communications simples et peu onéreuses, pour ceux n'ayant pas de voitures.

L'attente : La rénovation de l'ancienne voie ferrée en voie "tramway" passant par les villages. Cela facilite le rapprochement des habitants des villages, tout en améliorant les liaisons aux futures gares. Car il est vraisemblable que l'avenir des véhicules automobiles deviendra onéreux en temps et en argent. Voilà le désir des habitants que l'on pourrait faire ressortir par référendum plutôt que d'après notre petite enquête que certains qualifieront de "négligeable". Et l'ouverture d'une voie ferrée le long de l' axe de Bièvre, permettant les liaisons rapides de Grenoble au Rhône par l'aérodrome de St.Etienne de St. Geoirs. Ce travail énorme,avec au moins deux gares en milieu de Bièvre et haut de Bièvre, équipées de grands parkings est la solution actuelle valable vue la saturation de la gare de RIVES et les besoins grandissants de l'Aérodrome de St.Étienne-de-St.Geoirs et de la ZAC-AIRPARC.

Réalité :  Le train-tramway, relie les villages entre eux, permet d'atteindre la gare principale; il faut laisser le vélo sur le parking à vélo. Cela est-il vraiment utopique? Et le bruit du tram disent déjà les habitants les plus proches ? Et bien, il est ponctuel, moins élevé et polluant que les voitures qui démarrent.

La gare du lazer que l'on rejoint après un petit voyage en voiture de la maison jusqu'au parking, est la solution actuelle pour les propriétaires de voitures, mais pour combien de temps? Et c'est aussi la solution pour dé-saturer Rives et aider le site de l'aérodrome, sauf que...

Sauf que les instances décisionnelles ont déjà fait un choix, et le défendent : ne pas trop chambouler le système en place, et mettre l'argent en premier lieu sur les liaisons de suite commercialement rentables : le T.G.V. LYON-ITALIE... Alors il faut bien reconnaître que les possibilités locales , présentées par Mr. Vette, au niveau local , qui voudrait faire accepter une solution de départ, c'est-à-dire pratiquement RIVES-AERODROME, avec gares aux extrémités, et parkings conséquents, semble la première étape plus facile à réaliser. Un partiel moins coûteux d'autant plus facile à réaliser que le côté humain avec ses négations et ses hésitations, sera plus abordable sur un terrain de propriétaires terriens compréhensibles et limité en nombre. Reste à convaincre tous les intéressés que le choix de cette solution , de ces emplacements, n'est pas du favoritisme, mais la seule solution d'ouverture pour la suite que nous attendons, citée dans la demande ci-dessus , et que nous devons défendre encore.

Pour conclure: Les décisions régionales risquent si elles écartent l'option Bièvre, d' entraîner un blocage, sinon une régression de l'effort économique actuel du plateau, et plus grave encore, mais scénario catastrophe oblige, si nous lions à ces actions néfastes pour la Bièvre, le risque de voir les déchetteries s'installer sur le plateau, (et pourquoi pas des usines polluantes s'éloignant des grands centres urbains), tout en défavorisant le transport des personnes, qu'allons nous devenir en dehors d'occupants de villages dortoirs encore agrandis et silencieux? Certainement des regroupements d'individus dépersonnalisés, n'ayant pas su défendre l'organisation saine, équilibrée, dans un milieu proche encore de la nature propre.

A suivre.

J.C.Sermay

Depuis, l'association a été transformée, les offres et les demandes évoluent et nous pouvons garder cette page déjà une archive !...

Mais l'incertitude est toujours entretenue , les détails des projets évoluent autour d'un axe assez stable.

retour page d'accueil