février2008-Saint-Etienne de Saint-Geoirs

CONFRONTATION AU SUJET DU FRET AERIEN- (mars 2008)

Ne pas confondre "aéroport spécialisé dans le fret aérien", (impossible physiquement et légalement à St-Etienne de St-Geoirs), avec un projet de passage de quelques avions cargo qui permettent d'améliorer la situation de l'économie et de l'aéronautique en Bièvre, ce qui est à défendre.

Interprétations ci-dessous.

Ce que dit la Mairie , au sujet du Frêt Aérien

 

Lors du conseil municipal du 4 octobre dernier, le maire et l'équipe de la majorité municipale ont réaffirmé leur ferme opposition à tout projet de fret aérien sur la commune de St-Etienne-de-St-Geoirs en adoptant une motion contre le fret aérien, soulignant les nuisances sonores, les conséquences en termes de pollution, de risques accidentogènes, d'accroissement du trafic routier, de dévaluation du patrimoine immobilier qu'un tel projet engendrerait sur St-Etienne-de-St-Geoirs et les communes voisines.
Le Docteur Yannick Neuder, maire de St-Eienne-de-St-Geoirs, très en colère, déclare : "Je ne suis pas prêt à BRADER notre qualité de vie et l'image de St-Etienne-de-St-Geoirs pour un projet privé qui n'enrichira que quelques-uns au détriment de tous. L'éventualité de création d'emplois ne peut pas nous faire accepter n'importe quoi. Après les incinérateurs, les décharges voici la promesse d'une ronde incessante d'avions gros porteurs juste au dessus de nos têtes.
Les porteurs du projet minimisent les aspects néfastes en promettant la création de 450 emplois. Comment nous faire croire que 2 atterrissages par semaine pourraient générer autant d'emplois. Il y a là une contradiction que je ne m'explique pas. Je m'insurge également contre l'idée que ce projet serait initié pour sauver l'aéroport de St-Etienne-de-St-Geoirs. Ce dernier a pour vocation d'accueillir des passagers. Il se développe d'ailleurs régulièrement avec l'ouverture de nouvelles lignes. Nous ne devons pas accepter ce que les autres aéroports refusent.
C'est enfin un comble de se voir reprocher de s'immiscer dans la gestion de l'aéroport alors que nous combattons un projet privé qui n'a pas été initié par les instances dirigeantes de l'aéroport mais par une société privée, et que l'aboutissement de ce projet aurait un impact direct sur l'ensemble de la population.

Le Conseil Municipal s'est donc prononcé concernant la proposition de motion proposée par Yannick NEUDER, Maire :
Groupe des élus indépendants :
René VETTE, Jean-Paul VINOY et Lionel ROUDIER quittent la séance pour marquer leur désaprobation vis-à-vis de la motion contre le fret.
Jacques MONNET et François PONCET (+ pouvoir Eve MONNET) n'ont pas pris part au vote.

Ce que disent René VETTE et Karen SIMIAN, soutenus par Georges COLOMBIER .

------------Agiter le mot FRET aérien, sans en préciser le sens, est trompeur.-------------------

O La Vérité
L'aéroport de Grenoble Isère ne peut devenir un aéroport spécialisé dans le FRET aérien pour deux raisons:
• La première: Le Conseil Général propriétaire de l'aéroport, a fixé comme objectif à son délégataire de développer les activités: lignes régulières et charters saisonniers. Tout changement d'orientation au profit d'un aéroport spécialisé FRET, serait une rupture de contrat que refuserait le conseil général.
• La seconde: l'espace restreint des surfaces aéroportuaires au sol rend impossible le stationnement et les mouvements permanents au sol de CARGOS FRET, mêlés aux 50 charters par week-end durant 5 mois d'hiver et bientôt à l'année, avec les charters d'été.
Et si de temps à autre, un charter FRET vient se mêler au trafic habituel comme c'est le cas aujourd'hui avec les avions déroutés de St Exupéry... les appareils de l'armée les gros porteurs à l'entraînement on constate qu'un cargo 747400 FRET dernière génération, est moins bruyant qu'un Tupolev habitué aux pistes de Grenoble Isère.
Et puis, notre aéroport existe depuis 1968.
De plus, il est sous contrôle du plan d'exposition aux bruits adopté par toutes les mairies alentour.
Quant aux crashs redoutés, faisons confiance aux personnels de l'aviation civile et de la sécurité au sol pour les éviter. Ils ont les compétences requises.
Enfin, la chute annoncée des valeurs immobilières locales dues à l'aéroport est tout aussi trompeuse: le prix du foncier a été multiplié par 8 en 10 ans à St-Etienne-de-St-Geoirs depuis la relance de l'aéroport...
Soyons sérieux: Qui pourrait croire que des élus, conseiller général en tête, enracinés dans la vie locale et soucieux par mandat du bien être de leurs concitoyens, seraient assez inconscients pour accepter de polluer l'environnement de leurs électeurs ??
Ces interrogations menées contre l'activité de l'aéroport et de Grenoble Air Parc est un jeu dangereux. En effet, l'artisanat et le commerce, bénéficient des retombées de ces plateformes économiques et des incessants chantiers en cours et à venir. Nous tenons donc à rassurer les entrepreneurs, généralement peu enclins à s'installer dans un climat hostile. Ils continueront à être accueillis à Grenoble Air Parc avec l'intérêt qui leur est dû.
Et, la Communauté de communes de Bièvre-Toutes-Aures, dans sa grande majorité, tout en veillant au respect des règlements environnementaux, continuera à soutenir les porteurs de projets économiques créateurs d'emplois.

LA VÉRITÉ... c'est aussi que les promoteurs des projets Grenoble International Air Center (GIAC), travaillent sur plusieurs dossiers sans incidence sur l'environnement et créateurs de plus de 400 emplois.
C'est enfin que ces projets sont convoités par d'autres zones d'activités, hors département et que nous devrons être convaincants pour les maintenir à Grenoble Air Parc.

Retour page d'accueil.

----JCS, apprenti Web-user, vous salue bien. A bientôt !