La providence ne s'intéresse qu' à ceux qui le méritent !

L'EAU

L' eau de la Bièvre (extrait de "parenthèse", avril 2007, Bièvre -Valloire .)

- Le bassin de Bièvre s'étend sur une nappe phréatique de 500 kilomètres carrés qui constitue une exceptionnelle ressource en eau. Environ 23 millions de mètres cubes sont prélevés chaque année sur la totalité de la nappe Bièvre-Valloire Isère Drôme pour l'alimentation en eau potable (8 millions*), l'irrigation (10 millions*) et les activités industrielles (5 millions*).
L'eau de pluie tombée sur le bassin versant et les eaux de ruissellement viennent alimenter la nappe. Sur le territoire de Bièvre-Valloire où le sol est généralement très perméable, l'eau de surface s'infiltre et atteint rapidement la nappe.
Cette nappe est en conséquence vulnérable aux pollutions. ( * Sources : Agence de l'eau, DDASS (Direction Départementale des Affaires Sanitaires et Sociales) et DDAF (Direction Départementale de l'Agriculture et de la Forêt).

retour page d' accueil

Qualité de l'eau
L'eau de consommation du Pays de Bièvreest prélevée grâce aux nombreux captages présents sur le territoire et certaines communes bénéficient d'eau de sourcesqui vient compléter l'eau prélevée dans lanappe. -- L'eau potable est contrôlée au point de captage à partir de prélèvements effectuéspar la DDASS (Direction Départementale desAffaires Sanitaires et Sociales) sur l'ensembledu réseau. Les sociétés de service des eaux contrôlent elles aussi la qualité de l'eau sur labase des critères légaux.


 

L' eau... Le problème de demain, ou les solutions d' aujourd'hui.

Pas de panique. Tout d' abord, analysons et exploitons rapidement et d' une manière optimiste, le bien connu effet de serre qui est la cause présumée du réchauffement de notre Terre. Il est lié à un réchauffement naturel qui fait parti d'un cycle, que dis-je , de cycles combinés, de périodes différentes. Ces périodes estimées et vérifiées ont déjà donné des réchauffements tels que par exemple la Mer de Glace était plus haute qu'actuellement, la partie découverte des glaces ayant servi dans le temps de paturages...Ce qui gêne, ce n'est pas l'infime élèvation de la température moyenne du globe , mais l'énorme variation climatique et délocalisée sur le continent qui nous héberge...Un seuil a été dépassé, les courants d'air changent de place ...

Même si les glaciers vont fondre, il n'y aura pas pénurie d' eau ! Au contraire dirons les gens des bords de mer...Il faudra la aussi ne pas s'affoler. Pour entrer dans le sujet très sérieux de notre eau potable, il faut parler de ce qui nous touche de près : l'' eau potable au robinet ! C'était déjà du sérieux il y a trente ans : Paul-Emile Victor relatait une idée de remorquage d' iceberg pour une production d' eau dans les pays de grand besoin, au soleil. Très compliqué et onéreux pour le remorquage, l'échouage et la fonte paradoxalement difficile par le soleil pour une production de gros débit. Mais méthode complémentaire réalisable si nécessaire... Il disait à la fin de son article: l' homme peut survivre sans manger pendant 40 à 50 jours, il est en danger de mort s' il reste seulement 4 jours sans boire.

Les pluies sont encore là, mais il faudrat retenir cette eau qui apparaît subitement et se sauve aussitôt. Et les barrages hydroélectriques sont d' excellentes réserves contrôlables.
Oui, mais il faudra admettre que leur faible apport énergétique doive disparaître - Il restera le nucléaire pour notre consommation nationale d'électricité; il donne déjà 75% de l'energie necessaire , et on en revend aux voisins !... Bien que l'eau soit l'objet de cette page, elle est liée à l'énergie...Juste à savoir que l'eau utilisée pour ces transformateurs d' énergie, est restituée à la nature...Mais si les barrages ne servaient que de réserves d'eau ? Alors , rien de grave, si ce n' est l' acceptation sociale, voire individuelle, car il y aura toujours des mécontents . Et on peut dire pour se réconforter, qu' à la limite, le bon sens et l'instinc de survie, sont toujours les maîtres, même de la "super intelligence" de l' homme...qui saura résoudre techniquement et humainement cette nouvelle évolution.

L' eau est très abondante sur la planète: 71% de la surface de la terre en est couverte. Mais 98% du volume de cette eau est trop salée et ne peu ni être bue, ni irriguer, ni être utilisée industriellement ... sauf si on veut la dessaler ! Résumons quelques données déjà utilisées sur Internet et dans la presse spécialisée. Les 2% d' eau"potable " de notre planète sont inégalement réparties: trois cinquièmes sont utilisés par 10 pays. Et les pénuries d' eau s' aggravent au Proche-Orient surtout. D' où les usines de dessalement qui fournissent actuellement 20 millions de mètres cubes/an, en expansion. Mais le coût est très élevé.

D' autres chiffres ? Ces pourcentages , que représentent-ils ?

La quantité d' eau n'a jamais varié au cours des temps, depuis qu 'elle est venue sur terre: 1400 millions de km cube d' eau salée.- 36 millions de km cube d' eau douce répartis en 27 millions de neige et glace - 8,6 millions d' eau sous-terraine -0,124 dans les lacs -0.066 d' humidité sol - 0,013 dans l'athmosphère - 0,001 dans les fleuves et rivières - 0,0001 dans la biosphère.

Le genre humain du monde entier consomme : 0,004 millions de mètres cube. Soit 4000 milliards de litres d' eau, la répartition étant malheureusement injuste, la France restant dans les privilégiés.

15,5 pour les Etats-Unis - 11,1 pour le Mexique - 9,1 pour l' Italie - 8,3 pour l' Allemagne - 7,8 pour la France - 4,5 pour la Thaïlande - 4,3 pour l' Argentine - 4,1 pour le Brésil - 3,8 pour la Chine - 3,6 pour l'Espagne. - et bien moins dans bien des pays : 1 milliard d'hommes ne disposant que de 20 litres par jour.( 10 fois plus en moyenne chez nous.)

Et notre pays , notre région, que doit elle savoir? Comparer les consommations, s' enquérir de la santé , etc.. et préserver ce trésor de vie par des réactions citoyennes : le petit geste d'économie d'eau que l'on trouve à faire en maintes occasions. Car l'eau coute cher, d'autant plus que le citoyen la veut de bonne qualité , avec surveillance , stockage , traitement an aval et en amont, (sanitaire, épuration ) soit en moyenne 2 euros le mètre cube.( Moins cher qu'en Allemagne, Belgique ou Pays-Bas)

Un texte de Claude Allègre est excellent sur le sujet et est reproduit partiellement. - " L' eau douce risque de manquer en quantité et en qualité. L' homme utilise la moitié de l' eau douce disponible. En 50 ans la consommation a été multipliée par 5. Mais quelle disparité: en moyenne, un Américain consomme 2000mètres cubes par an; un Européen 500; un Africain 20 ! Inégalités plus fortes que celles liées à la nourriture ou à la santé. La situation est préoccupante en Californie, au Mexique, dans le sertao du Brésil. Dramatique en Afrique, au Moyen-Orient, dans l'Est de la Turquie, et dans le pourtour Méditerranéen. De plus une grande partie de l' eau douce disponible est polluée par l' homme avec les détergents, les engrais, les rejets industriels. Tout cela augmente les tensions et disputes entre pays , pour les partages d' eau, ou par le manque d' eau et affecte la géopolitique. Il faut se procurer l' eau, la tester, la vérifier, la dépolluer, et cela coûte cher. "

..."Les modifications climatiques suivent des lois physiques élémentaires : 540 calories sont nécessaires pour évaporer un gramme d' eau, quantité d' énergie que l' on dépense en faisant une heure de jogging! Donc les nuages transportent une énorme quantité d' énergie qu 'ils libèrent en se transformant en pluie. Quand le climat varie, les distributions naturelles varient, le cycle de l' eau varie, et provoquent des sécheresses sévères ou des inondations dévastatrices là où on ne les attendait pas, sur des sols non préparés, de quoi créer une nouvelle géographie et de nouveaux rythmes."

..."Les solutions? contrôle de l' arrosage agricole, des pollutions, des nappes phréatiques, du débit des fleuves. Dessaler l' eau de mer, et la stocker dans des aquifères souterrains, bref une nouvelle économie de l' eau, et une gestion au niveau mondial. - "...

Bien sûr notre planète a reçu l' eau de l' univers en grande quantité. La quantité actuellement présente sous et dans les roches depuis des millions d' années, est une grande réserve, mais dont nous ne pouvons tirer profit pour le moment avec les techniques actuelles. Mais ceci est une autre histoire, qui réconforte un peu en attendant que des précisions soient diffusées.

Pour le moment , notre eau est bonne. La DDASS contrôle, analyse, automatiquement et sur demande. Nos services des eaux fonctionnent globalement bien. Les indisciplinés sont les consommateurs...

Inégalité dès l' origine: eau dure ou eau douce. Mais le cas du calcaire n' est pas très grave; après tout un peu de calcium est excellent pour la santé des os... et il colmate les tuyaux qui ne peuvent plus distribuer les minéraux nocifs. Le plomb dont on dit bien du mal, est éliminé par une vidange de quelques litres s' il y a un risque d' eau stagnante dans des tuyaux. De plus la surveillance amène des seuils très bas, 10 micro grammes/litre. Le saturnisme , ce serait plutôt les peintures anciennes et l' essence, et cela disparaît. Le cuivre, pas excellent, mais bactéricide...Quant aux bactéries, les traitements U.V. en font leur affaires. Et si le chlore est ajouté, il ne faut pas se plaindre de l'odeur. C' est pendant l' élimination des indésirables que se produit la réaction de nettoyage avec dégagement d' odeur. Après, c' est gagné..Pour ne pas sentir l' odeur de l' eau chlorée, il suffit de la tirer quelques heures avant de la boire. Le gaz très volatil se sera échappé.

Cela n' empêche pas la vente de l' eau minérale d' augmenter de 5% par an depuis 10 ans. Ces quelques remarques laissées en pâture pour en parler encore . Pour en parler tant ainsi, il doit y avoir anguille sous roche. Dans de l' eau évidemment. L' eau est le problème dont nous devons tenir compte. L' eau , source de vie, nous devons la protéger, en parler sérieusement, comme faisant partie intégrante de notre société. Impossible de vivre sans elle. S' il y a menace, il faut tout de suite prendre partie pour aider par nos actes de défense, comme par notre manière de consommer. Mais l' eau si on peut la chercher , ne manque pas.

Le positif est que notre pays , par son sol, possède par nappes , lacs, rivière , montagnes, un gisement renouvellé par la pluie et la neige qui se maintient à 200 milliards de litres par an dont nous ne consommons qu'un huitième environ.Depuis plus de trente ans les services améliorent la qualité grâce à la dépolution des rejets industriels et domestiques, et au contrôle des rejets de l'agriculture intensive. Il ne faut pas s'arrêter !

Bienvenue aux personnes qui apporteront des compléments d' informations et compléteront cet article. Qu'elles excusent certaines erreurs, et les corrigent, un courriel est le bienvenu.

J-C.S.

-o-o-o-o-o-o-o-o-o-o-o-o-o-o-o-suite

L' association Bièvre-Liers Environnement défend la nature . S' associent APCV Sillans et APE Apprieu. Des actions ponctuelles et de très bonnes factures sont créées. Parmi elles, il faut retenir, concernant l' eau :

Pendant la semaine de l' environnement , qui a eu lieu les 18 et 20 juin 2004 à Pajay, avec Claire et Jean-Luc Point , (de la ferme "entre plaine et val" , tel: 0474201679 ) , il a été traité avec pratique les thèmes suivants:

"La goutte d' eau, la motte de terre et le vermisseau"

"la nappe phréatique de la Bièvre"

"L' utilisation des boues en agriculture"

-o-o-o-o-o-o-o-o-o-o-o-o-o-o-

Liens utiles :

www.environnement-gouv.fr (écologie et développement durable) - www.rnde.tm.fr (données sur l'eau) - www.ifen.fr (environnement) - www.oieau.fr (office international de l'eau) - www.cieau.com (informations) - www.santé.gouv.fr (santé) - www.eaurmc.fr (Rhône-Méditerranée-Corse)

 

---------------------retour page d' accueil--------------------JCS, apprenti Web-user, vous salue bien. A bientôt !